Prix Antigone de la ville de Montpellier pour "Le Nègre et l'Amiral", mon premier roman en français (1988)

11/05/2022 - 13:15
Rubrique
Intro

     En 1988, je publie mon tout premier roman en langue française aux éditions Grasset (Paris), Le Nègre et l'Amiral, qui, à mon grand étonnement reçoit un bon accueil dans la presse. Ce roman évoque la période de la 2è Guerre mondiale aux Antilles, dite "Temps de l'Amiral Robert", du nom du gouverneur de l'île nommé par le Maréchal Pétain. 

Texte

   La totalité de la flotte française a eu le temps de se réfugier dans la rade de Fort-de-France avec ses 3.000 marins et les 350 kilos d'or de la Banque de France ont été stockés dans les caves du Fort-Desaix, sur les hauteurs de la ville. Commence alors une époque très difficile pour les Martiniquais désormais privés de toutes marchandises en provenance de l'extérieur. Va se développer un formidable esprit à la fois d'échanges et d'inventivité : on fabriquera ainsi de l'huile avec de la noix de coco, du sel en faisant bouillir de l'eau de mer ou encore des chaussures avec de vieux pneus de camion. On "brocantera" un kilo de poissons contre un kilo d'ignames ou de choux de Chine. Surtout au fil du temps, on se mettra à résister à l'oppression du régime de l'Amiral Robert, certains jeunes partant même "en dissidence" c'est-à-dire traversant nuitamment les canaux qui séparent la Martinique de la Dominique au Nord et de Sainte-Lucie au sud. Leur but : rejoindre les Forces Françaises libres du général De Gaulle.

   Dans Le Nègre et l'Amiral je fais revivre le courage du petit peuple antillais, notamment à travers le personnage de Rigobert.

   NB. J'en profite pour saluer mon éditeur chez Grasset, Yves Berger, aujourd'hui décédé, par ailleurs grand romancier amoureux des Indiens d'Amériques.

Connexion utilisateur

Dans la même rubrique

Visiteurs

  • Visites : 330329
  • Visiteurs : 32296
  • Utilisateurs inscrits : 26
  • Articles publiés : 246
  • Votre IP : 44.222.218.145
  • Depuis : 09/05/2022 - 19:37