"Grand Café Martinique" en Guadeloupe et "Deux détonations" à Marie-Galante

Intro

      La semaine passée, à l'invitation de l'hôtel Arawak, en Guadeloupe, et de la boutique "La Suite", à Marie-Galante, R. Confiant a présenté ses deux derniers ouvrages.

Texte

      Fermé depuis 9 ans, l'Arawak, a été récemment acheté et rénové par Pierre Sainte-Luce. A la fois médecin, sociologue et entrepreneur. Ce dernier en a fait un lieu de culture où plasticiens, musiciens, écrivains etc...sont régulièrement invités à présenter leur travail. Raphaël Confiant y a donc présenté son avant-dernier livre, "Grand Café Martinique" (éditions Mercure de France) qui relate à la fois l'aventure de Gabriel De Clieu qui fut, en 1720, le premier à amener le café à la Martinique et donc, par la suite, sur tout le continent américain. L'ouvrage relate en parallèle l'histoire mondiale du café depuis sa découverte, il y a 2.000 ans, sur les hauts plateaux de Kaffa, en Ethiopie, son développement au Yémen, dans l'Empire ottoman et enfin en Europe ainsi qu'en Asie.

    Près d'une centaine de personnes avait fait le déplacement et après que la biographie de l'auteur a été exposée par Sylvie Anne Condé (fille de Maryse Condé), ce fut autour de l'animatrice de la soirée, Cynthia Phibel, de prendre les choses en mains et de l'interroger, décortiquant l'ouvrage avec le brio et le professionnalisme qu'on lui connaît. Le tout entrecoupé de lectures d'extraits de "Grand Café Martinique" et de chants par Leedyah Barlagne en résidence avec le Festival Bleu Outremer. Enfin, la parole fut donnée au public qui, outre sur l'ouvrage lui-même, a posé beaucoup de questions sur la situation en Martinique et les déboulonnements de statues. Une anecdote comique : sur la page Facebook de l'hôtel Arawak qui annonçait la manifestation quelques jours plus tôt, nombre d'internautes ont posté des appels à "boycotter Confiant qui soutient les activistes" !!! Ces posts ont dû être supprimés.

   Deux jours plus tard, R. Confiant s'est rendu à Marie-Galante pour présenter son tout dernier ouvrage, "Deux détonations" (Caraibéditions), cela à l'invitation de son éditeur Florent Charbonnier. Il s'agit d'un "polar proustien satirico-érotique", comme l'indique la 4è de couverture, qui ne sera en librairie qu'à compter du 20 août prochain. Une séance de dédicace a été organisée à la boutique "La Suite", dont la patronne est Joëlle Etzol. C'est l'un des deux seuls endroits de la Grande Galette où l'on vend des livres. Un public nombreux s'y est pressé, chose qui démontre une foi de plus, si besoin est, que c'est le livre qui doit aller vers le public et non l'inverse.

   Partout à travers le monde, le secteur du livre subit de plein fouet les conséquences de l'épidémie de Covid-19 et en dépit de la réouverture des librairies, il faudra sans doute attendre longtemps avant qu'il se rétablisse tout à fait. Malgré l'explosion des ventes d'ouvrages numériques (e-books) suite au confinement, la plupart des maisons d'édition, y compris les plus grandes, se retrouvent durablement fragilisées. Les conférences ou manifestations littéraires sont donc absoluments indispensables à leur survie mais ne doivent pas reposer sur les seules (et courageuses) épaules du secteur privé comme l'hôtel Arawak ou la boutique "La Suite". Il faut aussi que les pouvoirs publics, tant en Martinique qu'en Guadeloupe, inscrivent le soutien à l'édition dans leurs plans de relance...

Connexion utilisateur

Dans la même rubrique

Visiteurs

  • Visites : 360167
  • Visiteurs : 34281
  • Utilisateurs inscrits : 27
  • Articles publiés : 251
  • Votre IP : 44.197.231.211
  • Depuis : 09/05/2022 - 19:37